Patinage artistique/Trophée de France (Grenoble) : Nouveau record du monde pour Papadakis et Cizeron

Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont encore battu leur propre record du monde sur le programme libre (132,65 points), samedi lors du Trophée de France.Un programme libre exécuté à merveille avec légèreté et fluidité, des notes très élevées et une place au sommet des bilans mondiaux. Le week-end grenoblois de Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron a frôlé la perfection pour leur retour à la compétition. Avec un total de 216,78 points et un libre crédité de 132,65 points, ils ont établi les nouvelles meilleures marques cette saison, au lendemain d’une danse rythmique de référence (84,13 pts).Ces scores sont toutefois difficilement comparables avec leurs records du monde de l’an passé réalisés aux Mondiaux de Milan, puisque les systèmes de notation ont évolué. Mais en remportant le Trophée de France avec la manière, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont relégué la concurrence à plus de 15 points. Un gouffre en patinage artistique et en danse sur glace, sachant que le titre olympique leur avait échappé pour quelques dixièmes de points à Pyeongchang face aux Canadiens Tessa Virtue et Scott Moir.

«C’est le début d’un nouveau cycle»

« Par le score, au total et sur chaque épreuve, ils sont revenus en disant qu’ils étaient les maîtres, s’est réjoui Romain Haguenauer, l’entraîneur des deux Français. Ils se sont surpassés par rapport aux entraînements. Ils ont ce talent et cette expérience, et ils savent se dépasser. Pour une première sortie, peut-être pour la première fois depuis quatre ans, ils joignent l’émotion et la technique. Il y a tout. C’est la première fois qu’ils y arrivent. » Samedi, Gabriella Papadakis et Guillaume Cizeron ont présenté pour la première fois le millésime 2018-2019 de leur programme libre, sur des « airs folk » de guitare de l’artiste américaine Rachael Yamagata. « Pour la première compétition de l’année, on a toujours l’impression que l’on a oublié comment faire, a expliqué Cizeron. Et puis on se rend compte que non. Ça nous permet de poser les bases d’une nouvelle aventure. C’est le début d’un nouveau cycle avec plus de maturité que les années précédentes. » Papadakis a ajouté : « Dans ce programme-là, on a deux personnages qui sont différents l’un de l’autre et qui évoluent l’un par rapport à l’autre plutôt que deux individus qui vont chercher le même idéal. Ça nous change ». Les deux Français seront les grands favoris pour un cinquième titre de champion d’Europe consécutif à Minsk (du 23 au 26 janvier) et viseront un quatrième titre mondial à Saitama, au Japon, deux mois plus tard (du 20 au 23 mars). En evanche, Papadakis et Cizeron ne disputeront pas la finale du Grand Prix début décembre à Vancouver, en raison d’un forfait il y a deux semaines au Japon, laissant une fois n’est pas coutume, le champ libre à leurs adversaires.

source: l’équipe et Afp