Patinage artistique : le phénomène mondial Zagitova

À 16 ans, la patineuse russe Alina Zagitova, tout juste sacrée championne du monde, a déjà remporté tous les titres majeurs. Cela ne signifie pas pour autant qu’elle règne sur son sport.

Une précocité impressionnante

Lorsqu’elle a été sacrée à Pyeongchang l’an dernier, Alina Zagitova s’est invitée sur le podium des plus jeunes championnes olympiques de son sport. Âgée alors de 15 ans et 281 jours, la petite Russe s’est intercalée entre l’Américaine Tara Lipinski (15 ans et 255 jours en 1998) et la Norvégienne Sonja Henie (15 ans et 312 jours en 1928). D’autres disciplines ont brandi des étoiles plus précoces encore : on songe à la gymnaste Nadia Comaneci (14 ans et 8 mois en 1976). Mais la plus jeune reste la plongeuse américaine Marjorie Gestring, qui avait 13 ans et 268 jours lors de son titre à 3 mètres en 1936.

Une technique aboutie

Lorsqu’elle a décroché le titre de championne du monde juniors en 2017, on avait apprécié la délicatesse de sa glisse, sa capacité à jouer sur la glace pour délivrer des pirouettes et des pas de niveau 4, soit le plus élevé. Au niveau des sauts, Alina Zagitova présente une technique très juste, une grande amplitude qui lui permet de vriller avec un bras au-dessus de la tête… Et qu’elle a su conserver malgré sa croissance. Pour autant, elle ne tente pas de quadruple saut comme sa dauphine mondiale, la Kazakhe Elizabet Tursynbaeva, ou de triple axel comme la Japonaise Rika Kihira (4e).

Une jolie présence

Soyons honnêtes : Alina Zagitova n’a pas la sensibilité artistique de sa compatriote Evguenia Medvedeva (3e aux Mondiaux). Mais ses entraîneurs et chorégraphes, notamment Eteri Tutberidze, savent lui composer des chorégraphies sur mesure, puisant dans un registre de ballet très classique (Don Quichotte l’an dernier, Carmen cet hiver). La gestuelle est millimétrée, mais pas mécanique. Au contraire, la présence de Zagitova est réelle et correspond à ce désir de performance que cette fille d’un entraîneur de hockey sur glace s’est forgé depuis l’enfance.

Un avenir à écrire

C’est injuste mais le palmarès d’Alina Zagitova ne suffit pas à lui garantir une place dans l’histoire de son sport. Sans révolution technique, ni charisme singulier, elle est une parmi tant d’autres Russes et ne figurait d’ailleurs pas sur le podium national cet hiver. Dans son propre groupe d’entraînement, se trouve notamment la double championne du monde junior, Alexandra Trousova, qui aura 15 ans en juin, mais est déjà la première femme à avoir réussi un quadruple lutz en compétition, à avoir vrillé deux quads dans un programme. Pour continuer d’exister, Zagitova devra s’inscrire dans la durée. Et ça, ce n’est pas gagné.

Céline Nony pour l’équipe.fr