Hockey: Les Lions vers la liquidation judiciaire

Le dernier recours épuisé, c’est donc logiquement que l’activité hockey va cesser dans le club lyonnais… La SASP du Lyon Hockey Club et avec elle l’équipe professionnels du LHC est sur le point de mettre la clé sous la porte. Plombée par ses dettes et par la décision du tribunal administratif de Cergy-Pontoise (renvoyant la demande de réintégration en Ligue Magnus vers une juridiction nécessitant une étude plus approfondie), le club présidé par Sébastien Berthet n’a plus les moyens de maintenir une structure professionnelle et se dirigerait vers une liquidation. Les juridictions sportives avaient rétrogradé précédemment le club en en D3. 

La SASP LHC-Les Lions, dont le recours en référé suspension contre la décision de la FFHG de recaler l’équipe lyonnaise de la Ligue Magnus, a été rejeté par le Tribunal administratif de Cergy-Pontoise, va déposer son bilan d’ici quelques jours puis faire l’objet d’une liquidation judiciaire dans la foulée. Dès lors que les Lions ne peuvent pas participer au championnat, il n’y a plus de possibilités d’organiser des matches et de faire fonctionner la trésorerie par des recettes billetterie et sponsoring, notamment.

La patinoire de Saint-Priest pas de remise en cause

La holding LHC Group dont l’équipe de hockey était l’élément moteur va également subir le même sort. Les structures qui la composaient seront vendues ou sont en passe de l’être, voire continueront sous une autre forme, selon le président Sébastien Berthet. Au sujet de la construction d’une patinoire à Saint-Priest, pilotée par LHC Group et une ses filiales, celle-ci ne serait pas remise en cause selon le maire de la commune, Gilles Gascon qui doit recevoir les partenaires du projet pour s’en assurer. Le permis de construire doit être déposé dans les prochaines semaines. Le litige entre la SASP LHC-Les Lions et la FFHG doit maintenant être jugé sur le fond pour défendre l’idée d’une réintégration ou d’une indemnisation mais la procédure peut encore prendre quelques mois voire plusieurs années.

Quid des joueurs ?

À titre d’exemple, l’affaire opposant le club de football de Luzenac, recalé de Ligue 2 en 2014, et la Ligue de football professionnel, ne fait toujours pas l’objet d’une décision définitive cinq ans plus tard. Avec la disparition de la SASP et de la holding, c’est le liquidateur désigné ou Sébastien Berthet en tant qu’actionnaire référent qui feront valoir les droits de la société liquidée. En attendant, la plupart des joueurs qui devaient composer l’équipe ont retrouvé un club. L’association Lyon Hockey Club n’est pas impactée par la procédure concernant la SASP mais elle n’engagera pas d’équipe en D3 cette saison, niveau auquel la FFHG avait rétrogradé les Lions.

Source : Le Progrès, François Tixier