Hockey/Synerglace Ligue Magnus : les Scorpions libèrent leurs joueurs avant l’heure

Au vu des circonstances actuelles et de la pandémie de coronavirus, les Scorpions de Mulhouse ont décidé de libérer leurs joueurs, étrangers ou français, qui souhaiteraient rentrer chez eux. Fatalistes, mais réalistes, ils ne voient pas comment la phase finale de la Ligue Magnus pourrait reprendre.

La fin de saison des Scorpions de Mulhouse aura connu bien des turbulences. Après les atermoiements concernant la fin des quarts de finale des play-offs face à Amiens – avec une équipe mulhousienne arbitrairement éliminée puis réintégrée, et finalement victorieuse de la série 4-3 et qualifiée pour le dernier carré -, le clap de fin semble se profiler.

Samedi, les dirigeants du club haut-rhinois ont décidé de libérer les joueurs qui le souhaiteraient, en réponse aux inquiétudes émises par plusieurs d’entre eux – étrangers – de ne peut-être plus pouvoir rentrer chez eux avec la fermeture récente des frontières de certains pays en raison de la pandémie de coronavirus. La Fédération française de hockey sur glace ayant décidé de suspendre les play-offs et d’interdire les entraînements dans les clubs, les hockeyeurs mulhousiens se trouvaient de fait au chômage technique. « On a voulu que les joueurs puissent rejoindre leurs familles avant que les frontières ne se ferment ou qu’il n’y ait plus de vols disponibles », confirme Mark Swenson, le président des Scorpions. Cinq joueurs ont ainsi fait leurs valises : les Nord-Américains Tommy Besinger, Josh Bowes, Connor Wilson et Colin Downey, et le Finlandais Jerry Laasko. D’autres, comme le Canadien Hubert Genest, le Slovaque Milan Jurik et les Lettons Rolands Vigners et Arturs Sevcenko pourraient aussi quitter Mulhouse dans les prochains jours. « Les frontières se ferment et de nouvelles mesures de protection sont mises en place, observe encore Mark Swenson. Le passage de la France au stade 3 de l’épidémie est attendu. Les joueurs, notamment les étrangers, commencent à s’inquiéter. Il serait à mes yeux judicieux que nous nous inspirions des pays plus professionnels que nous dans le hockey et que nous mettions malheureusement fin à cette belle saison. Nous devons penser à la santé de nos joueurs, de nos supporters et de notre public. »

D’autres pays ont fait de même

Plusieurs pays européens dans lesquels le hockey est presque une religion ont effectivement décidé ces derniers jours de mettre fin à leur saison. C’est le cas en Finlande, au Danemark, en Suisse, en Allemagne ou encore en Slovaquie… « Il y a trop d’incertitudes concernant la propagation du virus, souligne Mark Swenson. On ne peut pas continuer à voyager en bus, dormir dans des hôtels et manger dans des restaurants comme si de rien n’était. Nous sommes tout le temps dans des endroits fermés. Si un joueur est contaminé, toute l’équipe le sera. Nous, y compris la fédération, devons prendre une décision en adéquation avec nos responsabilités et notre éthique. Des footballeurs, des joueurs de NBA tombent malades. On attend que ça arrive à nos gars ? »

Le club mulhousien privilégie la santé des siens et a aussi proposé aux joueurs français qui le souhaitaient de rentrer chez eux, ne croyant pas une seule seconde à une éventuelle reprise du championnat. « Nous sommes actuellement privés d’entraînements et nous ne pouvons plus organiser nos représentations avec nos partenaires, indique le président des Scorpions. C’est l’arrêt total. Si on attend le mois d’avril, quel sera le niveau des play-offs si pendant plusieurs semaines les équipes ont l’interdiction de s’entraîner ? Il est plus sage de laisser l’option à tous les joueurs de rejoindre leurs familles et d’affronter cette crise sanitaire dans les meilleures conditions. » Décidément, et quelle qu’en soit l’issue, cette saison de Ligue Magnus n’aura ressemblé à aucune autre

Source L’Alsace, Christelle Himmelberger