Patinage artistique : Kevin Aymoz reprend la glace

Kevin Aymoz est l’un des membres de l’équipe de France à reprendre l’entraînement ce lundi, à Courchevel. Depuis le début de semaine, plusieurs membres de l’équipe de France patinage artistique regoûtent (enfin) à l’entraînement sur glace. La fédération française (FFSG) a organisé ce rassemblement pour permettre aux meilleurs Français de reprendre au plus vite. Dès cette semaine sont présents Maïa Mazzara, Kevin Aymoz, le couple Cléo Hamon et Denys Strekalyn, et les danseurs Adelina Galyavieva et Louis Thauron, encadrés par Françoise Bonnard et Claude Thévenard. Ils doivent être rejoints la semaine prochaine par Léa Serna, Adam Siao Him Fa et leur coach Brian Joubert.
Aymoz, qui a vécu une saison inachevée et contrastée (sa première médaille dans une grande compétition internationale lors de la Finale du Grand Prix, la 26e place aux Championnats d’Europe), était impatient de rechausser ses patins.

Comment s’est passé pour vous le confinement ?
J’ai passé les trois premières semaines du confinement en Floride (où il s’entraîne habituellement, avec John Zimmerman et Silvia Fontana). Quand ils ont annoncé le confinement en France, je l’ai suivi même si aux Etats-Unis, ils ne le faisaient pas vraiment. Je sortais vraiment le moins possible, je faisais mes courses une fois par semaine. Au bout de trois semaines, je me suis aperçu que les Américains ne faisaient pas la même chose, et qu’il serait peut-être préférable de rentrer en France pour être plus proche de ma famille au cas où il arrive quelque chose. Et pour être couvert en termes d’assurance s’il m’arrivait quelque chose. Je suis rentré et je suis resté chez mes parents (près de Grenoble).En France, c’était très compliqué, il faut se motiver tout seul, j’étais dans un petit village où il n’y a pas grand-chose et pas grand monde »

https://t.co/TKaIiehbax

Vous avez pu travailler pendant cette période ?
Quand j’étais encore aux États-Unis, ma préparatrice physique venait trois fois par semaine, on faisait les séances à l’extérieur, juste devant chez moi. En France, c’était très compliqué, il faut se motiver tout seul, j’étais dans un petit village où il n’y a pas grand-chose et pas grand monde. Chaque jour, j’avais John et Silvia, on faisait des exercices en visio et je faisais tout seul une heure d’entretien physique.

Étiez-vous impatient de retrouver l’entraînement ?
Les deux dernières semaines ont été très longues. La fédération faisait le maximum mais on n’était vraiment pas sûrs de comment on allait pouvoir reprendre. La semaine dernière, la fédération a appelé pour dire qu’on pourrait patiner à Courchevel. J’aime tellement être sur glace, qu’avant même de repenser à la compétition, j’étais juste trop content de pouvoir retoucher la glace.

Quels sont vos objectifs pour ces premières séances ?
Je commence avec des nouveaux patins (qui demandent un temps d’adaptation). Ça va vraiment être basique, faire de la glisse, se réhabituer à la glace, avoir de la régularité, la stabilité. Françoise Bonnard, mon entraîneur quand j’étais petit, est là avec Maia (Mazzara), je vais pouvoir avoir son oeil. C’est bien, surtout pour une reprise.

Savez-vous quand vous pourrez retrouver vos entraîneurs, John Zimmerman et Silvia Fontana ?
La date est très floue. Pour l’instant, je suis à Courchevel jusqu’à la fin du mois de juin. Ensuite, on va prier pour que les frontières rouvrent et que je puisse préparer la saison avec mes coaches. Ça serait bien qu’on puisse être tous ensemble, ça sera plus dur si j’arrive plus tard dans la saison. »

Interview l’Equipe (www.lequipe.fr)