Patinage artistique : La Commission de discipline de la FFSG ne prend pas de sanction contre Gilles Beyer ni Morgan Ciprès

La Commission de discipline de la Fédération française des sports de glace a annoncé ce mercredi (22/07/2020) par communiqué qu’elle ne prenait pas de sanction contre Gilles Beyer, accusé de viol et d’agression sexuelle, ni Morgan Ciprès, qui comparaissait pour exhibition sexuelle.
La Commission de discipline de la Fédération française des sports de glace (FFSG) a rendu mercredi ses décisions concernant Gilles Beyer et Morgan Ciprès. Les deux hommes avaient été auditionnés le 9 juillet dernier. Beyer avait comparu, suite à des accusations de viols et agressions sexuelles sur l’ancienne patineuse Sarah Abitbol et de harcèlement sexuel et chantage sur Nadjima Mahamoud et sa mère, Sabina. Ciprès, de son côté, devait s’expliquer sur l’envoi de photos à caractère sexuel à une athlète mineure.

Dans son communiqué, la FFSG a expliqué que la Commission de discipline n’avait pas pu sanctionner Gilles Beyer puisqu’il ne possédait plus de licence fédérale, au moment de l’audition, et donc qu’elle n’était pas habilitée à prononcer une sanction disciplinaire à son encontre. Beyer n’était pas présent à l’audition. Il était représenté par son avocat, Me Pauline Ragot, qui avait d’ailleurs conclu à l’incompétence de la Commission de discipline.Au cours de l’audition, l’avocate de Gilles Beyer avait déclaré que son client ne souhaitait pas s’exprimer, en raison d’une enquête pénale qui était en cours. Même s’il n’a fait l’objet à ce jour d’aucune convocation ni audition par une autorité judiciaire ou de police.

Pas de preuve contre Morgan Ciprès

Dans le cas de Morgan Ciprès, présent à l’audition, la Commission de discipline a statué, en déclarant qu’aucun élément objectif (photographies, message, lettre…) de nature à établir la preuve de l’infraction reprochée ne figurait au dossier. Il n’a pas non plus été présenté à la Commission de discipline une plainte d’une victime présumée ni de preuve qu’une procédure pénale avait été ouverte contre Ciprès. Les seuls éléments dont la Commission a disposé étaient des coupures de presse relatant l’affaire, ainsi que la lettre d’un avocat américain lui demandant de contacter un assureur. En conséquence, la Commission de discipline a fait savoir qu’il n’y avait pas de raison de sanctionner Morgan Ciprès. Nathalie Péchalat, la présidente de la FFSG, a déclaré que l’instance ne fera pas appel (lire ci-contre).