Patinage/Championnats du monde (Stockholm) : Hanyu en tête après le court, Aymoz 9e 

Le double champion olympique Yuzuru Hanyu a été le meilleur du programme court des Championnats du monde, jeudi (Crédit photo : A. Vilf / Sputnik/AFP). Il devance l’étonnant Yuma Kagiyama et le décevant tenant du titre Nathan Chen. Le Français Kevin Aymoz se classe neuvième. Le duel entre le double champion olympique japonais Yuzuru Hanyu et le double champion du monde en titre américain Nathan Chen était très attendu. Et c’est le premier qui a pris le dessus. Hanyu, qui avait uniquement participé aux Championnats du Japon cette saison, a été très convaincant, obtenant des applaudissements nourris des accrédités, seuls spectateurs autorisés de ces Championnats du monde de Stockholm. Avec deux quadruples (le salchow et le boucle-piquée en combinaison avec le triple boucle-piquée), la meilleure note artistique et un total de 106,98 pts, le Japonais a fait un pas vers un troisième titre mondial, samedi. D’autant que Nathan Chen, lui, a chuté sur son quadruple lutz inaugural. Une erreur qui coûte cher : avec 98,85 pts, le Californien est seulement troisième. L’épatant Japonais Yuma Kagiyama s’est en effet classé deuxième pour sa première grande compétition chez les seniors, devenant le huitième patineur depuis les JO 2018 à obtenir plus de 100 points sur le programme court (100,96). Kevin Aymoz a rempli sa mission, se classant neuvième avant le programme libre. Le Français, troisième de la Finale du Grand Prix 2019 (derrière Chen et Hanyu), n’avait pris que la 26e place des Championnats d’Europe, sa dernière compétition internationale. « J’ai pris ma revanche sur les Championnats d’Europe », a-t-il réagi à l’issue de son programme court.

Aymoz vise une qualification pour les JO

Sautant de joie à la fin de son programme, Aymoz a un peu grimacé à l’affichage des scores (88,24 pts), la faute à une réception cafouillée du triple axel et un quadruple boucle-piquée à la rotation jugée incomplète. « Je pense que les juges m’ont mis mon quad au quart, je ne suis pas très content de ça, je le trouvais plutôt clean, analysait-il. Ensuite, je perds des points bêtement sur mon axel, mais ça c’est ma faute. Je suis un peu déçu du score mais c’est comme ça, et il reste le programme libre. » Onzième il y a deux ans à Saitama, Aymoz garde toutes ses chances d’intégrer le top 10 à l’issue du programme libre samedi et de qualifier ainsi deux patineurs français pour les Jeux Olympiques de Pékin. « C’est très important pour moi, a confirmé le Grenoblois. Je veux vraiment sécuriser mon ”spot” à moi pour les Jeux, et ne pas arriver l’an prochain à me bagarrer avec les autres pour essayer de me sélectionner pour les JO. » L’Américain Vincent Zhou, 3e des Championnats du monde 2019, a vécu un programme cauchemardesque et ne s’est pas qualifié pour le programme libre (25e avec 70,51 pts).

Source : L’Equipe ; Clémentine Blondet