Patinage/Championnats du monde (Stockholm) : Nathan Chen gagne son 3e titre mondial, Kevin Aymoz 9e

Winner US’ Nathan Chen celebrates after the men’s free skating event at the ISU World Figure Skating Championships in Stockholm on March 27, 2021. (Photo by Jonathan NACKSTRAND / AFP)

Grâce à un « somptueux libre » avec cinq quadruples, l’Américain Nathan Chen a gagné samedi son troisième titre mondial consécutif. Le double champion olympique Yuzuru Hanyu ne termine que troisième derrière Yuma Kagiyama. Kevin Amoz, neuvième, ouvre un deuxième quota olympique à la France. Nathan Chen a frappé fort samedi lors du programme libre des Championnats du monde de Stockholm. L’Américain, qui avait chuté lors du programme court et était seulement troisième, a patiné sans doute le meilleur programme de sa carrière : cinq quadruples et une impression de facilité étourdissante. Le titre restait possible pour le double champion olympique Yuzuru Hanyu, qui comptait huit points d’avance à l’issue du programme court. Mais le Japonais a commis trop d’erreurs techniques en début de programme sur le quadruple boucle, le quadruple salchow et le premier triple axel. Malgré une belle fin de programme, son total de 289,18 pts le place logiquement à distance de l’Américain (320,88 pts), qui marque de précieux points en vue des Jeux Olympiques de Pékin en 2022. Hanyu termine même derrière la révélation Yuma Kagiyama, champion olympique de la jeunesse qui disputait ses premiers Championnats du monde (291,77 pts).

Le Français Kevin Aymoz, 9e

Le niveau général de ces Mondiaux a été exceptionnel, et promet une incroyable saison olympique. Dans ce contexte, la neuvième place de Kevin Aymoz est très encourageante. Le Français n’a pas été irréprochable (une nouvelle réception moyenne sur un des deux triples axels et sur son deuxième quadruple boucle-piquée) mais a assuré l’essentiel : neuvième avec 254,52 pts, il ouvre un deuxième quota olympique pour la France, qui devra être confirmé lors du Nebelhorn Trophy, du 22 au 25 septembre prochain. « C’était mon but d’être dans le top 10 pour qualifier deux patineurs pour les Jeux Olympiques, a réagi Aymoz. J’étais très stressé, j’ai profité du moment même si le programme n’était pas parfait. Pour moi, c’était très important d’avoir deux places, on n’en a pas eu depuis Sotchi (en 2014) et je trouvais ça très important que l’équipe soit un peu plus complète. Maintenant, je vais travailler pour me rapprocher du podium olympique. »

Source : L’Equipe ; Clémentine Blondet