Hockey/LNH : Le premier but de Brannstrom lui coûte cher

Un amateur de hockey québécois a tenu parole en se faisant tatouer les initiales de son joueur préféré. L’obsession d’un amateur de hockey québécois pour le défenseur des Sénateurs d’Ottawa, Erik Brannstrom, aura fini par lui coûter cher.

https://twitter.com/Lartchy/status/1376557543842062336?ref_src=twsrc%5Etfw

https://twitter.com/hashtag/GoSensGo?src=hash&ref_src=twsrc%5Etfw

Fortement intéressé par le potentiel de l’arrière de 21 ans depuis ses années dans la Ligue élite de Suède, Maxim Larouche a cru bon prendre un pari avec lui-même à quelques heures du match opposant les Sénateurs aux Canadiens de Montréal, le 23 février dernier. Si son favori inscrivait le premier but de sa carrière en soirée, il se ferait tatouer « EB26 » pour immortaliser le moment. Il a publié son message sur les réseaux sociaux, une sorte de contrat social. Demandez et vous recevrez, s’est probablement dit le jeune Suédois. En tout début de deuxième période, Brannstrom a décoché un tir frappé de la pointe qui s’est faufilé entre les jambières de Carey Price lors d’un avantage numérique. Il s’agissait alors de son premier de deux buts en 14 matchs avec les Sénateurs, cette saison. Un mois plus tard, le jeune Abitibien a tenu parole en se faisant inscrire de façon permanente les initiales et le numéro de Brannstrom à l’arrière du mollet. Ne lui reste plus qu’à espérer que ce dernier réussisse finalement à s’établir dans la LNH, et qu’il connaisse quelque chose comme une grande carrière.

par LNH.com @LNH_FR