Hockey/Synerglace Ligue Magnus : Le titre de champion de Rouen menacé après l’avis du CNOSF

Saisi par Grenoble, le CNOSF recommande d’annuler la décision d’attribuer le titre de champion de France au vainqueur de la saison régulière, qui a permis à Rouen d’être sacré. C’est un nouveau rebondissement dans cette saison de Ligue Magnus. Sacré champion de France 2021 après avoir remporté la saison régulière, Rouen pourrait voir son trophée menacé après une proposition de conciliation du Comité national olympique et sportif français (CNOSF). La teneur de cette dernière, rendue le 1er avril et révélée par le Dauphiné libéré dimanche soir, a été confirmée lundi par un communiqué des Brûleurs de Loups de Grenoble. C’est le club isérois qui a saisi le CNOSF, contestant la décision prise par la Fédération (FFHG) le 5 mars dernier de supprimer les play-offs de Ligue Magnus en raison de la situation sanitaire et d’attribuer le titre de champion au vainqueur de la saison régulière.

La FFHG dispose de dix jours pour valider ou non cette proposition

Le CNOSF propose de ne pas revenir sur l’annulation des play-offs, mais également, coup de tonnerre, de « rapporter la décision contestée en ce qu’elle a décidé d’attribuer le titre de champion de France au vainqueur de la phase régulière 2020-2021 ». Il ne s’agit que d’un avis, pas d’une décision contraignante. Mais les instances sportives suivent généralement les propositions du CNOSF, en hockey comme ailleurs. La FFHG dispose de dix jours pour valider ou non cette proposition, qui aboutirait à retirer le titre aux Dragons de Rouen… « Cette proposition de conciliation rappelle à la Fédération que la Ligue Magnus est un trophée prestigieux, qu’il ne doit pas être galvaudé et mérite d’être traité avec rigueur et professionnalisme, a déclaré Jacques Reboh, le président isérois. Si la Fédération venait à valider cette proposition, l’emblématique équipe des Dragons ainsi que tous leurs fans seraient les victimes de cette légèreté et devraient rendre ce trophée qui leur a été offert indûment. Je regrette sincèrement cette situation et je remercie les Rouennais de m’excuser d’avoir été le révélateur de cette imposture fédérale. » La FFHG n’a pas encore réagi. Si elle rejetait la proposition du CNOSF, « l’action judiciaire sera l’ultime issue », annonce Jacques Reboh.

Source L’Equipe ; Ya. H.