Patinage/Internationaux de France (Grenoble) :Vanessa James, « La France, c’est mon pays aussi »

Championne d’Europe avec Morgan Ciprès, Vanessa James espère représenter le Canada aux JO de Pékin avec Eric Radford, avec qui elle patine en couple depuis vendredi et pour la première fois en France, à Grenoble.

Français, anglais ? Au moment de débuter l’interview, Vanessa James hésite. « Je ne parle plus très souvent français », explique la patineuse avant, finalement, de se lancer. L’entretien a pourtant lieu en terre francophone, à la patinoire Sainte-Julie, dans la grande banlieue de Montréal, où elle s’entraîne depuis février dernier. « Mais avec mon partenaire, je parle en anglais », sourit celle qui est née il y a 34 ans tout près de Toronto. Son partenaire, c’est désormais son ancien concurrent, Eric Radford. En 2018, il avait décroché le bronze olympique avec Meagan Duhamel pour le Canada tandis que Vanessa James, associée à Morgan Ciprès, terminait cinquième.

A lire : https://ici.radio-canada.ca/sports/1786717/eric-radford-sort-retraite-forme-un-nouveau-duo-vanessa-james-patinage-artistique

À l’approche des Jeux olympiques de Pékin, le Canada pourra compter sur un nouveau couple très expérimenté en patinage artistique. Mercredi, Eric Radford, double champion du monde et triple médaillé olympique avec son ancienne partenaire Meagan Duhamel, a annoncé qu’il sortait de sa retraite pour représenter le Canada sur la scène internationale. Il forme un nouveau duo avec Vanessa James, championne européenne et médaillée aux Championnats du monde avec son ancien partenaire Morgan Ciprès. Ils représentaient la France. Je sais que plusieurs personnes se demandent : “Mais pourquoi?” La question pour moi est plutôt : “Mais pourquoi pas?”, a dit le patineur de 36 ans en entrevue à CBC. L’objectif à court terme est de compétitionner le plus possible. Ultimement, Radford vise une médaille olympique. Le duo devrait tenter de se qualifier pour les Jeux de Pékin aux Championnats nationaux en janvier prochain.

L’idée de ce retour a germé en novembre dernier lorsque Radford et James ont participé au tournage de l’émission Battle of the Blades à Toronto. Lors des répétitions, ils ont patiné ensemble et effectué quelques figures avec le constat qu’ils n’avaient pas tant perdu leur aisance sur la glace. Quelques semaines plus tard, il l’a invitée à Montréal pour tenter plus d’éléments et aussi pour s’assurer que le courant passait entre les deux patineurs. Le but était d’avoir du plaisir. Certains éléments que nous anticipions être les plus durs à exécuter se sont avérés les plus simples à faire, a souligné James. La chimie entre les patineurs et leurs habiletés ont rendu l’idée d’un retour plus concret. La patineuse de 33 ans reconnaît que c’est une occasion qui ne se représentera pas. Ça n’a jamais été fait auparavant. On a déjà vu des retours, comme Tessa Virtue et Scott Moir, Aljona Savchenko, Tatiana Volosozhar et Max Trenko, mais jamais lors d’une année olympique et jamais avec un partenaire différent, a-t-elle dit.  Vanessa James admet aussi que la prochaine année ne sera pas de tout repos. Ce ne sera pas une tâche facile, mais nous sommes prêts à relever le défi.

Libérée par l’équipe de France

La nationalité n’était pas un problème pour le nouveau couple. Eric Radford est originaire de Winnipeg et Vanessa James a grandi à de nombreux endroits comme les Bermudes, les États-Unis et la Grande-Bretagne, mais elle est née à Scarborough en Ontario. La seule question était de savoir si la Fédération française allait libérer la patineuse qui représentait le pays depuis une décennie. Vanessa James a obtenu la citoyenneté française en 2009 et a patiné dès 2010 avec Morgan Ciprès. C’est avec ce partenaire qu’elle a gagné six titres nationaux, le Championnat européen de 2019, une médaille de bronze aux mondiaux de 2018 et décroché la 5e place aux Jeux de Pyeongchang. En septembre 2020, Ciprès a pris sa retraite du patinage artistique puisqu’il était visé par des allégations à caractère sexuel. Il aurait envoyé des photos obscènes à une personne d’âge mineur lorsqu’il s’entraînait en Floride. Il a depuis été formellement accusé. Se retrouvant sans partenaire, deux ans seulement avant les Jeux de Pékin, qu’elle croyait être ses derniers, Vanessa James n’a eu d’autre choix que d’annoncer sa retraite. Je crois que ça y est. C’est terminé, avait-elle dit à l’époque, ne croyant pas pouvoir trouver un nouveau partenaire. Ça ne s’est pas terminé de la façon que j’aurais voulue. J’ai une impression d’œuvre inachevée. Je sens que j’ai encore des choses à offrir au patinage. La Fédération française semble être de cet avis puisqu’elle a libéré la patineuse en quelques semaines seulement. Le processus est compliqué et peut prendre plusieurs années dans certains cas. Ils savent que j’ai une occasion en or avec le Canada et que j’ai beaucoup donné à la fédération (française), ajoute-t-elle. Je crois qu’ils sont heureux de me voir poursuivre, même si c’est sous un autre drapeau. Je suis née au Canada et quand je faisais des compétitions pour la France, au Canada, j’avais l’impression d’être déjà à la maison. Le public était magnifique, c’était vraiment une super ambiance et ça fait du bien de revenir et de représenter le Canada. Mais la France aura toujours une place dans mon cœur.

Radford surpris de la tournure des événements

Le duo a commencé à s’entraîner officiellement en mars dernier. Radford et James sont basés à Montréal et s’entraînent avec Julie Marcotte et Ian Connolly. Ils ont déjà choisi les pièces musicales qui vont accompagner leurs programmes. Parmi leurs chorégraphes, on retrouve le danseur sur glace français Guillaume Cizeron et le Canadien Samuel Chouinard, qui a travaillé, entre autres, avec Virtue et Moir. Vanessa et moi, nous ne nous attendions pas à ça, admet le patineur. Ça nous est tombé dessus et ç’a été facile d’embarquer dans le projet. Nous partageons le même amour pour le patinage et sommes habités par la même détermination. Nous travaillons les deux extrêmement fort et analysons nos performances dans le but de toujours s’améliorer. Si quelqu’un m’avait demandé il y a cinq mois [si j’allais revenir à la compétition], je lui aurais répondu “qu’il n’en est pas question”. Le nouveau couple va compétitionner pour la première fois aux Championnats du Québec. Ils vont par la suite participer à quelques événements seniors B, à deux grands prix et aux Championnats canadiens l’hiver prochain, qui serviront de qualification olympique. Nous n’avons aucune idée de ce que l’avenir nous réserve, tout est possible, reconnaît James. Nous pourrions nous blesser ou tout simplement ne pas être aussi bons qu’on le croit. Mais notre rêve et notre objectif sont clairs, c’est d’aller aux Jeux olympiques et de gagner une médaille.

Meagan Duhamel prise de court

L’ex-partenaire d’Eric Radford, Meagan Duhamel, semble avoir été surprise par ce retour à la compétition. Sur les médias sociaux, elle a écrit qu’elle ne souhaite aucun mal à qui que ce soit, mais qu’elle tenait à faire quelques précisions. Eric et moi avions une entente verbale de continuer aussi longtemps que nous le pouvions les spectacles professionnels, écrit la patineuse. Nous en avons parlé à de nombreuses occasions et j’ai même participé à deux tournées alors que j’étais enceinte, ce qui est la preuve de mon engagement pour ma carrière professionnelle. Meagan Duhamel aurait aimé être consultée avant que la décision soit prise. La carrière qu’Eric et moi avons mis tant d’efforts et de temps à bâtir se termine abruptement. Ça me brise le cœur et me blesse énormément. Je souhaite beaucoup de bonheur à Eric dans ce nouveau défi. Elle souligne qu’elle n’a aucune intention d’avoir un autre enfant en ce moment, répondant ainsi aux questionnements de plusieurs de ses abonnés. Quelques heures plus tôt, elle avait fait une autre publication sur Instagram affirmant se sentir trahie et avoir l’impression d’être dans un cauchemar. Elle ne cite toutefois pas directement Radford ou sa carrière.

(Avec les informations de Jacqueline Doorey, CBC Sport)