Patinage/Euro : Kevin Aymoz septième

Nommé par la FFSG pour participer aux Jeux Olympiques d’hiver de Beijing 2022, Kévin Aymoz s’est présenté aux Championnats d’Europe de patinage artistique avec des ambitions élevées. Cet ultime grand rendez-vous avant Pékin dont il a fait une priorité devait lui permettre de pouvoir enfin exploiter le potentiel de son nouveau programme. « C’est la saison olympique, on en parle beaucoup, mais j’ai les Championnats d’Europe dans ma tête. Ça fait trois ans que je tourne autour du podium sans monter dessus, alors cette fois, j’aimerais ramener une médaille à la maison. C’est important pour moi. »

Quand il évoque son état d’esprit avant les Championnats d’Europe de patinage artistiqueKévin Aymoz ne passe pas par quatre chemins. Même si l’échéance continentale est fixée à moins d’un mois des Jeux Olympiques d’hiver de Beijing 2022, elle est importante pour lui. Dans un entretien accordé à Olympics.com au début de la saison, le natif de Grenoble voyait même son séjour à Tallinn du 10 au 16 janvier comme l’occasion de prendre une « revanche personnelle ». Il faut dire qu’à Graz en janvier 2020, son statut de favori au titre européen ne lui avait pas permis de se qualifier pour le programme libre. Kévin Aymoz avait terminé 26e, bien loin des ambitions qu’il pouvait nourrir après trois podiums en Grand Prix dont un lors des Finales. Si l’Isérois n’avait pas su monter sur le podium de la confirmation il y a deux ans, en ce mois de janvier 2022, il peut viser la médaille de la rédemption.

Des résultats en demi-teinte

Au final, le Français Kevin Aymoz après un premier jet qui l’a placé à la 10e place, il a réussi à grapiller quelques places et s’est classé 7e. Si Kevin Aymoz repart de Tallin sans médaille, le 9e des Championnats du monde 2021 a tout de même retrouvé de la confiance, après un début de saison pourri par les blessures. Sans être parfait (un retournement sur le premier quadruple boucle-piquée, seulement un double boucle-piquée en combinaison avec le deuxième), le Français, dixième à l’issue du programme court, a grappillé quelques places et assuré la présence de deux patineurs français en 2023.

Plus que sa 7e place (avec 252,21 pts), Aymoz retenait le plaisir retrouvé et la qualité de ses entraînements en Estonie. « C’est trop bien, sur les sept ou huit entraînements, j’ai dû rater quatre sauts au total, les quadruples salchow et boucle-piquée passaient nickel, c’était une très bonne semaine. » Le Grenoblois va désormais rentrer en Floride, où il s’entraîne pour préparer les Jeux Olympiques de Pékin (4-20 février), auxquels participera également un deuxième patineur français, Adam Siao Him Fa.